Comité de politique au féminin (PF)

Marie-Noëlle Lanthier

« Si vous pensez vous lancer en politique municipale, parlez-en à vos proches, contactez les politiciennes de votre région et vous serez agréablement surprise de l’appui que vous recevrez.»
Conseillère - Co-présidente - Ex officio LFPR
Municipalité de La Nation
2014-2018, 2018-2022
Marie-Noelle.Lanthier@nationmun.ca

J’ai toujours eu un intérêt envers la politique et la justice sociale. Mais ce qui m’a amené à me lancer en politique municipale, c’était le désir de faire du développement économique et touristique une priorité pour la municipalité. Je voulais aussi améliorer la façon dont la municipalité communique avec ses citoyens. Je désirais apporter du changement et contribuer à façonner une vision d’avenir pour la municipalité qui soit motivante et engageante. Je me suis dit qu’au lieu de critiquer, j’allais me présenter et au moins, avoir une chance de m’investir de façon positive.

Les dossiers qui me motivent au quotidien et qui sont la principale cause de mon engagement sont le développement économique et touristique. Il y a aussi les projets communautaires qui valorisent notre culture et notre patrimoine et bien sûr, l’amélioration constante des communications entre la municipalité et ses citoyens. Pour moi, ce sont des dossiers qui contribuent de façon importante à la qualité de vie des citoyens, à l’effervescence du milieu des affaires et à garder les citoyens informés et engagés.

N’attendez pas! On peut toujours trouver toutes sortes d’excuses pour ne pas s’avancer : « Je n’ai pas le temps, peut-être plus tard », « Je ne sais pas si j’ai les compétences nécessaires », « Je ne connais pas les procédures d’un conseil », « Je ne sais pas comment je réagirais aux critiques » etc. Je crois que c’est sain de se poser des questions avant de s’engager en politique mais pas au point de se dissuader soi-même. Je vous invite aussi à regarder les politiciens autour de vous. Sont-ils tous mieux équipés que vous pour faire de la politique? J’en doute. Si vous pensez vous lancer en politique municipale, parlez-en à vos proches, contactez les politiciennes de la région et vous serez sans doute agréablement surprise de l’appui que vous recevrez.

Vous voulez apporter des changements au sein de votre communauté? Avancez-vous avec confiance et dites-vous que peu importe le résultat, ce sera une expérience très enrichissante.

Lorsque l’on considère que les femmes comptent pour 51% de la population et qu’elles constituent seulement 20 à 25 % de la représentation en politique, je crois que la démocratie est affaiblie et que l’on prive cette dernière de capital humain essentiel à son fonctionnement. Les femmes sont sous- représentées en politique et sur les conseils d’administration, là où se prennent les décisions qui affectent leurs conditions de vie et celles de leur famille.

Les femmes apportent une perspective différente sur les enjeux. Pas meilleure que celle des hommes mais différente, ce qui fait en sorte que durant les débats et la prise de décision, on tient en compte plusieurs facteurs qui ne seraient sans doute pas considérés d’un point de vue masculin. Avoir de la diversité dans le processus décisionnel ajoute de la qualité aux échanges qui aboutissent à des décisions mieux équilibrées pour répondre aux besoins de TOUTE la population.

Nous avons surtout besoin de jeunes femmes en politique municipale. En 2016, l’âge médian des membres des conseils municipaux était de 60 ans tandis que l’âge médian en Ontario était de 40 ans. Aussi, environ 70% des conseiller.ère.s étaient âgés entre 50 et 60 ans et seulement 9% étaient âgés entre 18 et 40 ans. Pourtant, les élus municipaux sont ceux qui façonnent l’avenir de nos communautés et compte une minorité de jeunes qui seront touchés par leurs décisions.

Pour citer la célèbre juge à la cour suprême des États-Unis, Ruth Bader Ginsburg : “La place des femmes, c’est partout où des décisions sont prises”. Il n’en tient donc à nous de prendre la place qui nous revient.